potiner.com
potiner.com Juin 25, 2017


La ministre de la Santé réfléchit à rendre obligatoires 11 vaccins infantiles

16 Juin 2017, 09:45 | Fabienne Pueyrredon

Agnès Buzyn

Agnès Buzyn

REFORME Aujourd'hui l'obligation de vaccination ne concerne que trois vaccins pour les enfants.

Il s'agit pour la ministre "d'un problème de santé publique": "Aujourd'hui, en France, la rougeole réapparaît".

Un incendie dans une tour d'habitation fait au moins six morts — Londres
C'est une communauté multiethnique qui n'a jamais été écoutée par les personnes qui la représentent'. Des images partagées par des témoins sur les réseaux sociaux montrent un immeuble en feu.

Si Agnès Buzyn relance un débat rendu complexe par la défiance des Français, c'est parce que sa priorité, dit-elle, "c'est la protection des enfants". La coqueluche, l'hépatite B et la rougeole figurent notamment parmi les vaccins qui seraient ainsi imposés. "Le taux de couverture est de 75%, alors qu'il devrait être de 95%", poursuit cette ancienne médecin. La nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, s'est confiée au Parisien-Aujourd'hui en France à paraître ce vendredi 16 juin, et évoque la possibilité de rendre obligatoires davantage de vaccins qu'actuellement. Malheureusement, il n'y a pas d'autre solution pour lutter contre la recrudescence des maladies infantiles, l'hépatite B, le pneumocoque, la coqueluche.

Celui-ci prévoyait "l'extension de l'obligation vaccinale à 11 vaccins, selon la recommandation du groupe piloté par le professeur Fisher", avait déclaré Touraine, qui avait organisé une "concertation citoyenne" sur la vaccination en 2016. Face aux critiques estimant que cette décision favoriserait les laboratoires pharmaceutiques, Agnès Buzyn "refuse qu'on (lui) colle cette étiquette". "C'est un mal transitoire pour un bien sur le long terme", a-t-il affirmé. Pour Jacques Bessin, président de l'Union nationale des associations citoyennes de santé (UNACS), " Ce serait une hérésie ", lui a-t-il répondu dans le journal.

Ottawa investira 1,3 milliard $ dans le Réseau électrique métropolitain
Couillard a aussi fait valoir que le REM sera une " initiative majeure dans la lutte contre les changements climatiques ". Le maire de Montréal a aussi rappelé que la congestion automobile est coûteuse pour l'économie de la région de Montréal.

"Oui, les industriels gagnent de l'argent mais on ne peut pas réduire la question de la vaccination à l'intérêt des laboratoires", explique-t-elle. "Je suis convaincue que c'est cela qui doit être engagé, maintenant la responsabilité est la vôtre", lui avait-elle lancé. Emmanuel Macron l'avait promis pendant la campagne présidentielle, et la ministre de la Santé n'est "pas contre". "Le tabagisme est une vraie maladie", ajoute la ministre, espérant une "prise de conscience, surtout chez les jeunes et les femmes". "La hausse du prix du paquet est donc une façon de faire baisser le nombre de fumeurs".

États-Unis : Un élu républicain grièvement blessé dans une fusillade
Le président, qui était aussi accompagné du médecin de la Maison-Blanche, Ronny Jackson, est demeuré une demi-heure à l'hôpital. Les deux policiers (un homme et une femme), un collaborateur d'un élu et un lobbyiste ont également été blessés.



Autres Nouvelles

À la mode Maintenant

Explosion dans une mosquée chiite bondée à Kaboul
Cette attaque avait tué une trentaine de personnes et en avait blessé 70, principalement des Chiites. Il s'agit d'une prise hautement symbolique pour l'EI, qui en a chassé ses rivaux talibans.

France- Législatives : le président Emmanuel Macron proche de la majorité
A l'autre extrême, la gauche radicale de Jean-Luc Mélenchon obtiendrait 10 à 23 sièges. Retrouvez cet article sur Francetv info DIRECT.

Majorité En marche aux législatives : ils n'y croyaient pas!
La droite , qui espérait en début de campagne priver le président Macron de majorité, terminerait avec 80 à 132 élus. Il a par ailleurs dit que de nouvelles personnalités pourraient rejoindre le gouvernement après le second tour.

Le graphique du jour: le premier tour des élections législatives françaises
Macron. " Rien n'est joué, il faut rester mobilisé ", a de son côté tempéré le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner. A droite, Les Républicains et l'UDI pourraient obtenir 132 élus, quand le Parti socialiste coulerait, avec 15 à 40 sièges.