potiner.com
potiner.com Février 20, 2017


Trump loue les liens "indestructibles" entre les Etats-Unis et Israël

16 Février 2017, 08:59 | Jean-Luc Gavreau

L'axe américano-israélien se renforce à Washington

Benjamin Nétanyahou le 12 février à Jérusalem

Le message délivré à l'attention d'Israël et des jusqu'au-boutistes de droite est: M. Trump n'a pas décerné de blanc-seing au grand allié israélien des Etats-Unis et entend réserver ses options pour présider à un accord, disent les experts. "Tous les membres du cabinet de sécurité, et en premier lieu le Premier ministre, sont opposés à un Etat palestinien", a dit sur la radio de l'armée le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan (aile droite du Likoud, le parti de droite de Netanyahou). Dans le même entretien, M. Trump dit vouloir un accord "bon pour toutes les parties". "Le président n'a pas été stupéfait par cette demande", a-t-il dit.

" Devant la peur d'une dégradation de l'attitude des USA du fait d'une telle politique, les Palestiniens agiront pour créer un large front international pour sauvegarder la solution à deux-états, " a déclaré le ministre. Il a d'ailleurs confié cette mission à son gendre juif orthodoxe Jared Kuschner, affirmant que s " il ne peut pas produire la paix au Moyen-Orient, personne ne le peut".

Erekat a déclaré que les Palestiniens sont en relation avec la nouvelle administration Trump, mais qu'ils n'ont reçu aucune information officielle sur les positions américaines relatives au conflit israélo-palestinien, et qu'ils attendent de recevoir des nouvelles de l'administration Trump. Donald Trump a également pressé les Palestiniens de se débarrasser de leur "haine" supposée à l'égard des Israéliens.

Attention, Bison Futé prévoit une circulation difficile — Vacances d'hiver
Bison Futé annonce ainsi un samedi 18 février NOIR dans le sens des départs et ROUGE dans le sens des retours. Des difficultés sont également à prévoir sur la traversée de la Bourgogne-Franche-Comté en direction de Lyon.

En 1988, le leader palestinien défunt Yasser Arafat dévoilait une déclaration d'indépendance qui, pour la première fois, évoquait "deux Etats pour deux peuples".

"Je regarde la solution à un Etat, et la solution à deux Etats (.) et je me contenterai de ce que les deux parties préfèrent", a-t-il ajouté.

Les propos de Donald Trump sur Israël mercredi ne sont pas seulement indignes, ils sont affligeants.

La punchline de Dupraz avant Paris — TFC
Un succès depuis nuancé par un parcours en dents de scie, même si les Violets ont pris sept points sur neuf possibles lors de leurs trois dernières sorties.

Trump a toutefois expliqué à Netanyahu qu'il souhaiterais qu'Israël cesse de construire des habitations sur les terres disputées de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie.

Un éventuel revirement de la présidence américaine sur cet aspect provoquerait sans doute la colère du monde musulman, notamment des pays sunnites qui soutiennent les Etats-Unis dans leur combat contre le groupe djihadiste Etat islamique et l'Iran chiite. Du côté palestinien, le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) Saëb Erakat a dénoncé une tentative d'"enterrer la solution à deux Etats et d'éliminer l'Etat de Palestine".

Son hôte a répondu que "la question des colonies n'était pas au coeur du conflit" avec les Palestiniens, auxquels il a réclamé la "reconnaissance de l'Etat juif" d'Israël.

PlayStation Now - Sony arrête le service sur différents supports
Cependant, si vous souhaitez résilier votre abonnement, le constructeur vous invite à désactiver le renouvellement automatique dans les paramètres de votre compte.



Autres Nouvelles

À la mode Maintenant

Israël-Palestine : vers un seul État binational ?
La communauté internationale accuse Israël d'être responsable du blocage du processus de paix, notamment en raison de sa politique d'expansion des colonies.

Flynn, Trump et le Kremlingate — États-Unis
Michael Flynn assure alors à l'ambassadeur russe à Washington "que le prochain gouvernement sera moins sévère". Il n'aura pas fallu attendre longtemps le premier coup de tonnerre sur la Maison-Blanche de Donald Trump.

TF1: bénéfice net du groupe divisé par deux en 2016
A l'issue de 2016, le groupe présente une trésorerie nette de 186,7 millions d'euros ce qui lui laisse une marge de manoeuvre pour d'éventuelles acquisitions.

Israël : grâce à Trump, l'extrême droite se sent pousser des ailes
Et de ce point de vue, c'est vrai que la rencontre aura été en tout point conforme à ce que l'on pouvait imaginer. Samedi, il a ouvertement pressé le Premier ministre de profiter d'une "occasion historique" pour informer M.