potiner.com
potiner.com Avril 29, 2017


Donald Trump trace les lignes d'une nouvelle politique avec Israël

16 Février 2017, 11:28 | Fabienne Pueyrredon

Cependant, 24 heures après, l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, ajoutait à l'impression générale de cafouillage projetée par l'administration Trump pendant son premier mois. Toujours d'après le responsable américain, le principal objectif est d'obtenir un accord pacifique entre les deux états. Ces dernières semaines, le président américain n'a cessé de répéter que son élection était une aubaine pour l'Etat hébreu. A cette occasion, Donald Trump en a profité pour annoncer qu'il abandonnait l'idée de deux Etats au Proche-Orient.

Mais le flou caractérisant une fois de plus une déclaration en rupture de la part de M. Trump a suscité triomphalisme, alarme ou perplexité.

Y renoncer "n'a aucun sens", a réagi Hanane Achraoui, une des dirigeantes de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), quelques heures après qu'un responsable de la Maison Blanche eut estimé qu'"une solution à deux Etats qui n'apporte pas la paix est un objectif que personne ne cherche à atteindre". "Je regarde (la solution à) deux Etats et (la solution à) un Etat", a-t-il déclaré devant le parterre de journalistes. "Très important pour moi aussi". Toutes les négociations de paix qui se sont tenues depuis ont tourné autour de cette issue diplomatique. Ce qui gêne fondamentalement le premier ministre, ce n'est pas tant l'éventuel avènement d'un État palestinien, mais.

TF1: bénéfice net du groupe divisé par deux en 2016
A l'issue de 2016, le groupe présente une trésorerie nette de 186,7 millions d'euros ce qui lui laisse une marge de manoeuvre pour d'éventuelles acquisitions.

Du côté palestinien, l'inquiétude est vive, même si la présidence palestinienne a choisi le ton de la réserve. Le premier ministre israélien a multiplié par le passé les déclarations contradictoires sur celle la solution des deux Etats, la reconnaissant une seule fois, en juin 2009, sous la pression du prédécesseur de M. Trump, Barack Obama, avant de l'écarter lors de la campagne électorale de 2016.

"Ce que nous retenons, c'est que Trump dit qu'il veut la paix", a déclaré à l'AFP Hossam Zomlot, conseiller du président Mahmoud Abbas, s'en prenant à Israël mais pas à M. Trump.

Les craintes palestiniennes s'exprimaient dans un éditorial du quotidien al-Quds. Là où une future Palestine indépendante est censée s'implanter.

Quand Hugh Jackman fait de la prévention contre les dangers du soleil
Allez vous faire contrôler! " Je n'ai jamais porté de crème solaire, donc j'étais un candidat idéal." avait-il alors déclaré. Ce qui n'est pas rare pour un Australien, en particulier un Australien d'origine anglaise qui habite en Australie.

Le contraste était saisissant du côté de la droite israélienne.

Il s'est dit mercredi disposé à aborder le dossier "en substance" et non par le biais "d'annonces" et a rappelé les deux conditions posées par Israël à tout accord de paix: "Premièrement, les Palestiniens doivent reconnaître l'Etat juif (.) Deuxièmement, Israël doit conserver le contrôle total de tout le secteur situé à l'ouest du Jourdain".

Depuis son installation à la Maison blanche, Donald Trump s'est écarté de ses prédécesseurs sur le conflit, disant réfléchir "très sérieusement" à un transfert de l'ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem et en s'abstenant de qualifier les colonies israéliennes d'obstacles au processus de paix.

Les anti-mariage pour tous ont été "humiliés" par Hollande, selon Macron
Selon lui, les ennemis du mariage homosexuel ont été "humiliés " sous François Hollande. Or "il ne faut jamais humilier, il faut parler, il faut +partager+ des désaccords".



Autres Nouvelles

À la mode Maintenant

Sans Bayrou, Macron devance nettement Fillon — Sondage
L'enquête a choisi de présenter aux électeurs deux hypothèses . 67% pour les électeurs qui "songent" voter Emmanuel Macron . Dans l'hypothèse d'une candidature de François Bayrou, le président du MoDem est crédité de 6% d'intentions de vote.

La chaîne CNN, suspendue au Venezuela pour "propagande de guerre"
La chaîne citait le vice-président Tareck El Aissami comme un des organisateurs. Pas sûr que Donald Trump l'ai entendu de cette oreille.

Bachar accuse Paris d'être " responsable" des tueries en Syrie
A la question Vladimir Poutine est-il le vrai décideur en Syrie? , Bachar al-Assad répond sans hésitation: "Non, il ne l'est pas". Pour une simple raison: "parce que les terroristes ont le soutien de nombreux pays occidentaux, y compris la France ".

Snapchat valorisé moins de 20 Mds$
Snapchat revendique 158 millions d'utilisateurs journaliers actifs à fin décembre, en augmentation de 48%. L'introduction en Bourse de Snap s'affine de semaine en semaine.